Faune. Les Pyrénées, premier site d’accueil du Milan royal.

Rejoignez le réseau Milan royal Pyrénées pour la 12ème édition du comptage européen des hivernants !

Milans royaux dans un dortoir. Ph. P. Harlé.

La 12° édition du comptage simultané des dortoirs de Milans royaux aura lieu les 6 et 7 janvier 2018 dans plusieurs pays européens et partout dans les Pyrénées. L’ensemble du réseau Milan royal Pyrénées se mobilise pour préparer sur le terrain cette opération et appelle à la participation citoyenne.

Allemagne, France, Espagne, Suisse Suède, Angleterre, Pologne, etc. sont des pays qui ont la chance d’héberger ce magnifique rapace, présent essentiellement en Europe. Dans le piémont pyrénéen, du mois de novembre à la fin janvier, les Milans royaux venus passer l’hiver se rassemblent à la tombée de la nuit sur des dortoirs en lisière de boisements. Sur chaque dortoir, plusieurs dizaines d’individus offrent ainsi un spectacle crépusculaire exceptionnel.

Plus de 200 observateurs bénévoles ou professionnels du réseau Milan royal Pyrénées sont mobilisés sur le terrain pour des sessions de prospection et des opérations de pré-comptage afin de les dénombrer et ainsi mieux appréhender la distribution et les tendances de cette population fragile. Espèce strictement européenne, elle est classée vulnérable par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. En France, où vit la deuxième population mondiale, le Milan royal fait l’objet d’un Plan National d’Actions initié par le Ministère en charge de l’écologie pour la période 2017-2026. Ce plan est coordonné par la LPO et mis en œuvre par un réseau de structures environnementales.

5 500 Milans recensés en 2017…

Les Pyrénées sont le premier site d’accueil de l’espèce en France en hiver avec l’an dernier 5500 oiseaux recensés sur le versant nord répartis sur 120 dortoirs. Notre massif joue ainsi un rôle déterminant pour la conservation de cette espèce. Le Milan royal est facilement identifiable, avec ses couleurs vives, teintées de roux, sa queue fourchue et sa silhouette effilée, et vous pouvez, vous aussi, participer à la préparation de ce comptage européen et contribuer à une meilleure connaissance de la répartition de l’espèce ! Si vous observez des rassemblements crépusculaires ou matinaux de plusieurs dizaines d’individus à l’orée de boisements, vous pouvez contacter votre association locale (liste ci-dessous), renseigner la donnée sur leurs bases de données et/ou en informer la coordination Milan royal Pyrénées : aurelie.deseynes@lpo.fr.

La mobilisation de tous autour de chez soi, sur sa commune, dans sa vallée permettra de dénombrer plus précisément et de mieux appréhender la fragilité de cette espèce. Ouvrez les yeux et participez avec la LPO !

Liste des structures / associations locales…

Pays basque : EHI ! (aurelienandre@hotmail.fr), LPO Aquitaine (aquitaine@lpo.fr), Hegalaldia (association@hegalaldia.org), MIFENEC (mifen@wanadoo.fr).

Béarn : Groupe d’Etudes Ornithologiques du Béarn, LPO Aquitaine (aquitaine@lpo.fr), Parc National des Pyrénées (eric.sourp@pyrenees-parcnational.fr).

Hautes-Pyrénées : Nature Midi-Pyrénées (hautespyrenees@naturemp.org), Parc National des Pyrénées (eric.sourp@pyrenees-parcnational.fr).

Gers : Nature Midi-Pyrénées (contact@naturemp.org), Groupe Ornithologique Gersois (chorra32@gmail.com).

Ariège : Nature Midi-Pyrénées (contact@naturemp.org, ou benjaminbouthillier@yahoo.fr), Association des Naturalistes de l’Ariège (ana@ariegenature.fr).

Haute-Garonne : Nature Midi-Pyrénées (contact@naturemp.org), Nature Comminges (contact@naturecomminges.asso.fr), LPO Haute-Garonne (haute-garonne@lpo.fr).

Aude : LPO Aude (aude@lpo.fr).

Pyrénées-Orientales : Cerca Nature (http://cerca-nature.fr/), Association Charles Flahault (http://www.associationcharlesflahault.com), Groupe Ornithologique du Roussillon (gorsecretariat@orange.fr).

Informations complémentaires sur le Milan royal : www.pourdespyreneesvivantes.fr http://rapaces.lpo.fr/milan-royal/

Fiche signalétique…

Le Milan royal (Milvus milvus) est un rapace diurne de grande taille. D’une longueur de 60 à 65 centimètres pour une envergure de 145 à 165 centimètres, il pèse entre 800 et 1 050 grammes pour les mâles et 950 à 1 300 grammes pour les femelles. Il se reconnaît à sa longue queue rousse triangulaire et profondément échancrée, typique de l’espèce.

Biologie…

Le Milan royal affectionne le bocage où se mêlent boisement, champs et prairies, ainsi que les pelouses d’altitude. Il se reproduit au printemps et passe les longues nuits d’hiver en lisière de bois. Dans les étendues rases, il trouvera les micro-mammifères, cadavres, gros insectes, nécessaires à son alimentation. Oiseau de proie et principal acteur d’une régulation naturelle des rongeurs,… il est un véritable allié de l’agriculture !

Menaces…

La dégradation de son habitat et la disparition de ses proies.

Les empoisonnements accidentels et volontaires.

L’intoxication directe ou chronique.

La diminution du nombre de décharges où ce rapace, aux mœurs nécrophages, trouve une partie de sa nourriture.

Les tirs.

Les collisions avec les véhicules, les lignes électriques et depuis quelques années, les éoliennes. L’électrocution.

Statut…

Après son déclin constaté entre 1990 et 2000, le statut européen du Milan royal a évolué depuis 2005 : il figure désormais dans les catégories « en déclin » avec comme critère « déclin modéré et récent ». Inscrite sur la Liste Rouge de l’UICN en raison de son endémisme européen, cette espèce figure désormais parmi les espèces vulnérables (Liste Rouge actualisée en 2008).

Distribution mondiale…

La population nicheuse mondiale est présente exclusivement en Europe : l’Allemagne, la France et l’Espagne abritent à elles trois environ 72 % de la population mondiale. Si l’on ajoute la Suède, le Royaume-Uni et la Suisse, on obtient pour ces 6 pays environ 93 % de la population mondiale (20 800 à 24 900 couples). En France, on distingue cinq noyaux principaux : le Massif Central, l’ensemble du piémont pyrénéen, la chaîne jurassienne, les plaines du Nord-Est et la Corse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.